LA JOIE D’ÊTRE PRÊTRE …

Une immense joie monte de mon cœur lorsque prenant du recul, je regarde ces 25 années de ministère de prêtre que le Seigneur m’a donné la grâce de vivre. Remontant en arrière, je repense à ces années de vie étudiante où je me posais la question de mon avenir. Que faire de ma vie ? A quelle vocation Dieu m’appelle-t-il ? Il a répondu à mon attente en m’appelant à sa suite pour le servir comme prêtre diocésain.

Quelle joie profonde ai-je ressenti au fond de moi lorsque le 14 août 1987, à Lourdes, j’ai dit : « oui ». Ma vocation, je l’ai trouvée, Dieu m’a choisi pour devenir prêtre ! Mais l’appel est venu rejoindre un homme de 22 ans qui ne se sentait pas digne de cet appel, qui ne se sentait pas à la hauteur. Pourquoi moi ? C’est en faisant confiance jour après jour à la grâce de Dieu et en m’en remettant au discernement de l’Eglise que je me suis efforcé de répondre à ce que Dieu attendait de moi. Lors de ma première homélie, je me reconnaissais comme un petit instrument entre les mains de Dieu. Et de fait, en offrant à Dieu mes faiblesses, il a pu faire son œuvre à travers moi. Au fil des années, j’ai été témoin des merveilles accomplies par le Seigneur dans le cœur de tant de personnes rencontrées, j’ai pu accompagner et guider des jeunes dans leur recherche de vocation. Mais j’ai reçu aussi beaucoup de personnes en souffrance, constatant combien le péché peut faire de mal. Conscient aussi de mon propre péché, je m’en suis remis davantage au Seigneur afin de progresser sur le chemin de la sainteté, le seul idéal que j’ambitionne. Regardant ces années écoulées, je m’interroge : « Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? » (Ps 115, 12) Et ma réponse reprend celle du psalmiste : « J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur. » (Ps 115, 13)

C’est en célébrant l’Eucharistie ce dimanche, au milieu de vous tous, chers paroissiens, entouré de mes frères prêtres et diacres, que je veux rendre grâce à Dieu avec vous tous. Portés par votre prière, je veux renouveler l’offrande de ma vie pour continuer de me mettre à votre service afin d’être le prêtre et le curé que le Seigneur attend de moi. Priez pour moi et soyez sûrs que je vous porte dans ma prière, vous remerciant de votre amitié et de votre soutien.

Bonne fête de la Sainte Trinité. Bonne fête à tous les pères et que notre Père des cieux nous bénisse et nous garde bien en paix.

P. Olivier de Rubercy