DETOURNER LA FOI AU PROFIT DU SEUL RELIGIEUX

C’est très actuel de détourner la Foi vers le seul religieux ! Nous avons récemment été témoins de manifestations vigoureuses à propos du climat ; dans le même temps un Synode sur l’Amazonie a proposé des décisions écologiques courageuses s’inspirant de l’encyclique ‘Laudato’si’ que tous applaudissent. Et voilà que les infos-presse-tv n’ont souligné de ce Synode que le paragraphe sur l’ordination d’hommes mariés, se recroquevillant sur le seul religieux, ignorant la Foi active dans le monde, et les propositions pour l’Amazonie et la Planète ont été cachées, et les croyants piégés. C’est typique de ce genre de détournement de la Foi au profit du seul aspect religieux en interne : militants et croyants ridiculisés, responsables nargués ou soupçonnés !

Dès le début de l’Eglise il y a eu des « Martyrs », des « témoins » détournés de leur foi, jusqu’à mourir en se livrant comme Jésus dont ils étaient disciples. Auparavant il y a eu des martyrs en Israël, la 1ère lecture de ce dimanche en parle : « à coups de fouets et de nerfs de bœufs » le roi Aretos les avait contraints à poser des actes contraires à leur foi ; en réponse « nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères ». Cette histoire est toujours actuelle aujourd’hui.

Il faut donc tenir bon dans la Foi comme chante le Psaume de ce dimanche :« j’ai tenu mon pas sur Tes traces, jamais mon pied n’a trébuché ». C’est la prière de Paul dans la 2è lecture : « que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père réconfortent vos cœurs et les affermissent en tout ce que vous pouvez faire et dire de bien ».

Parler des martyrs n’est pas se référer au passé, c’est aiguiser son regard, affiner son écoute sur le monde où tant d’hommes et de femmes témoignent parfois si dramatiquement de leur foi. Et c’est choisir de ne pas se contenter du seul religieux, de ne pas avoir peur de témoigner de sa Foi dans la vraie vie de nos frères humains, de la traduire visiblement, de l’expliciter courageusement, dans la lucidité sur les risques de détournement. Comme dit Jésus dans l’Évangile « notre Dieu n’est pas le Dieu des morts mais le Dieu des vivants » : proches des belles célébrations récentes à propos des Saints, choisissons une vie donnée comme témoins-martyrs du Christ, car c’est ça un chrétien Vivant !

Père Christian Dioré