Vivre l’œcuménisme localement

Semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens

18-25 janvier

Vivre l’œcuménisme localement

Notre paroisse catholique, le temple protestant de Marly et l’Église orthodoxe de Louveciennes ont une forte tradition de vie œcuménique depuis plus de quarante ans.

Téléchargez le livret : “Que tous soient un – Vivre l’oecuménisme à Marly-le-Roi et ses environs”

1.   PROJETS À VENIR EN 2022

18 au 25 janvier : semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Téléchargez le feuillet de prière de la “semaine de prière pour l’unité des Chrétiens”.

19 janvier à 19h invitation à assister à un office orthodoxe, en visio, sur :  https://us02web.zoom.us/j/83700008832?pwd=QVVFUHdmcnFkU055VkdlbzdoZEN6Zz09

23 janvier à 18h30 messe catholique avec commentaire à trois voix (catholique, orthodoxe et protestante) du texte d’évangile, St-Vigor 17bis route de Saint-Cyr 78160 Marly-le-Roi

• Temps de carême : trois rencontres de « lectio divina » (partage lecture biblique priante) le mardi 8 mars et les mercredi 23 mars et 6 avril.

Dimanche 2 octobre : Dans le cadre du « Temps pour la création » nous vous proposons une promenade thématique de Marly à Louveciennes. Sur place la communauté orthodoxe nous attendra pour une liturgie de grâce pour la création.

 

2.    3 témoignages orthodoxe, protestant et catholique nous la partagent :

La joie du dialogue entre chrétiens 

Le dialogue est naturel à l’homme : dialogue avec Dieu, dialogue avec les hommes, c’est notre bonheur originel.

Ceux qui se réclament du Christ et de son Évangile ont beaucoup de joie à dialoguer entre eux. Les Orthodoxes ont plaisir à faire connaître la richesse de la tradition des Apôtres et des Pères. Le patrimoine des sept Conciles œcuméniques, c’est-à-dire universels, appartient à tous les chrétiens ; et c’est notre joie d’œuvrer au partage de ce trésor.

C’est une grande joie d’apprendre des autres, de s’instruire de leur expérience, et d’être stimulés dans notre foi par leurs questions. L’esprit œcuménique se réjouit pour autrui, pour tout ce qui se fait de bien, d’intelligent et de bon dans les diverses communautés.

Nous avons beaucoup de joie à voir progresser l’expérience de l’universalité chrétienne. Celle-ci n’est pas un rêve. Quels que soient les retards à le partager, l’invitation divine au banquet eucharistique est indéfectible.

Prêtre Marc-Antoine Costa, Église orthodoxe

Elevé dans la tradition protestante, c’est par mon mariage avec une catholique que j’ai découvert l’œcuménisme, mal connu pour nous à l’époque. Pourtant, maintenant, c’ est une réalité, voire un impératif. La création d’un foyer chrétien, une église domestique, nous a amené à confronter nos croyances, à les différencier de nos convictions et à questionner nos pratiques. Si, sur le fond, notre croyance en Christ est la même, certaines de nos convictions divergent. Au départ dues à des textes bibliques sujets à interprétation, nous nous sommes aperçus que celle de notre conjoint pouvait être aussi valable. Notre appartenance dans notre enfance à une confession nous a “formaté” : si le cadre est différent, le tableau  est le même. Aussi nous considérons que notre appartenance à une confession et à une organisation humaine doit être dépassée. L’ appartenance de l’autre est peut être meilleure en un ou plusieurs points. L’œcuménisme est là pour en discuter.

                                                                        Alain Bergis, protestant

La participation au groupe œcuménique, je la vis comme une communion avec des frères dont l’histoire nous a séparés, mais avec lesquels nous partageons le même amour du Christ.

Au préalable, nos rencontres sont basées sur l’écoute et l’échange réciproques, le désir d’améliorer la connaissance de ce qui nous a séparé, de mieux comprendre ce qui est important pour l’autre et que nous devons prendre en compte, ce que nous avons envie de lui faire découvrir et aimer. C’est aussi partager sa souffrance de ne pas pouvoir participer à l’eucharistie, et, vivre le désir de témoignage commun d’être présents ensemble dans le monde comme notre Christ nous le demande.

Marie-Charlotte Bergis, catholique